Bonjour à toi MMI 1 ou lycéen(e) en terminale qui souhaite venir ici !

Nous revenons ici pour faire part majoritairement de nos déceptions que du DUT MMI à l’IUT de Toulon. Note que nous ne relaterons que certaines choses qui ne nous ont pas plu, car c’est uniquement cela que nous souhaitons exprimer aujourd’hui. Les points positifs, ils sont très nombreux et réels (pluridisciplinarité, découverte, sujets intéressants, etc), tu les connais déjà sûrement.
Mais avant cela, nous souhaitons rappeler ceci. Lorsque des personnes ont le pouvoir, le feedback négatif est malheureusement mal reçu, voir ignoré. À vouloir bien faire, on en réduit tellement le message originel qu’il ne porte plus les valeurs que nous voulions faire remonter. Passer par des intermédiaires peut alors aider, mais cela peut mener à une forme d’autocensure. Mais nous en avons marre de devoir nous-même nous refréner. Une génération s’imagine facilement plus forte qu’elle ne l’est du moment qu’elle a ce pouvoir.

Ici, en MMI Toulon, tu retrouveras une bonne équipe enseignante, tu y découvriras beaucoup. Dans les faits, nous n’avons pas tous entièrement ressenti cela. Pourquoi, nous diras-tu ?

Car l’organisation de ce département a clairement fait preuve d’un manque d’adaptation. Elle existe bel et bien, sinon rien n’irait. Mais dans les faits, force est de constater qu’il y a de trop nombreux soucis. Personne n’est parfait, nous les premiers. Mais lorsqu’on se dit professionnel, alors on devrait faire en sorte d’éviter ou de corriger ces soucis.

L’équipe enseignante est bonne, mais plusieurs professeurs ne nous ont pas convaincus quant à leur enseignement. Nous répondre que nous n’avons pas à juger cela n’est pas vraiment valable puisqu’il empêche une discussion constructive et objective dans le but de l’amélioration de la formation. Des modules visant la création de contenu audiovisuel ne peuvent se résumer à de vagues conseils donnés ici et là comme nous l’avons déjà vécu dans l’un de ces modules ; les matières de développement auraient dû être par moment mieux aménagé pour faciliter l’acquisition de connaissances et de savoir-faire (heures, volume horaire accordé à certains sujets, explications plus concrètes). Beaucoup ne découvrent le développement qu’à leur entrée en MMI, et l’approche qui est réalisée ne colle pas tout à fait aux besoins des débutants. (Combien parmi nous ont été rapidement perdu ? Trop).

Il est parfois arrivé que nous nous demandions l’utilité d’un module explicitement périphérique de par son contenu au sein d’un programme déjà très chargé.

Selon nous, la pluridisciplinarité ne doit pas mener à un niveau faible partout. Il s’agit d’acquérir des compétences suffisantes dans tous ces domaines ce qui implique un emploi du temps maîtrisé.

Ce qui ne va pas, et là, nous appuyons ce fait, ce sont les rendus ! Et oui, car cette équipe enseignante à semblé découvrir les dates de fin de semestre que bien trop tard, en tout cas, c’est notre avis. D’ailleurs, fait étonnant, il s’est déroulé la même chose avec la promotion précédente. Certains enseignants nous informent en avance des dates de rendus, et heureusement, merci à eux. Pourtant, beaucoup d’autres intercalent leurs devoirs tout au dernier moment, ainsi, le travail réalisable en avance ne l’est plus. À votre avis, comment ne pas ressentir un manque de cohésion et d’organisation de la part de l’équipe enseignante ?

Si comme nous à l’époque, tu rêves d’une formation te permettant de découvrir les effets spéciaux, le développement, l’infographie, la communication sur les médias numériques et encore plus oui, c’est la bonne formation. Mais ne sois pas surpris lorsque tu sentiras un entonnoir à gavage dans ta gorge.

Cet article ne sera forcément lu par les personnes pouvant faire changer les choses, et tant pis, nous aurons écrit notre ressenti après ces deux ans. Nous n’écrivons pas au nom de tous puisque chaque personne ressent les choses différemment, mais nous avons réuni les idées les plus récurrentes. Il représente l’expression réelle de nos pensées et nous espérons qu’il saura susciter une lecture à esprit ouvert.